null

Le Rite Français

Le terme, « Rite Français », ou « Rite Français Moderne », est une formule utilisée pour désigner la plus ancienne tradition maçonnique spéculative et donc le plus ancien des Rites Maçonniques que connu le monde de la Franc-Maçonnerie, puisque qu’il était le seul utilisé jusqu’en 1750, tant en Angleterre que dans tous les autres pays où la FM avait pris ancrage…
Le terme « Rite Français » émane directement du « Rite des Modernes ».
On le trouve communément sous ces deux appellations, qui ne sont distinct que par leur temporalité.

Le Rite Français est singulier à bien des égards

D’abord, parce qu’il n’a porté ce nom de Rite Français que très tardivement, au début du XIXème siècle, alors qu’il existait en France depuis les origines de la FM sur le continent.

Premier paradoxe, le Rite Français est d’origine Anglaise, et a continué de véhiculer les usages symbolique et rituels que l’Angleterre elle-même avait abandonnés…

Deuxième paradoxe, le Rite Français va subir courant le XIXème siècle, des mutations intellectuelles et politiques au point de s’enrichir d’une aura idéologique et devenir Le Rite de la maçonnerie « Laïc, Républicaine et Humaniste ». Le Rite Français deviendra avec le temps, le Rite « Libéral » et « Adogmatique » qui le caractérise aujourd’hui…

Historique

La Franc-maçonnerie Spéculative est née en Angleterre vers l’an 1717. Rapidement des loges verront le jour en France, en Aquitaine en 1725, pour atteindre rapidement Paris. Les usages des Loges parisiennes de 1744 sont une importation directe de la maçonnerie anglaise de 1717. Ce n’est que plus tard, à partir de 1751, qu’une Grande Loge rivale se formera en Angleterre se qualifiant elle-même de « Grande Loge selon les Anciennes Instructions ».

C’est ainsi, que la Première Grande Loge sera qualifiée par opposition, de « Grande Loge des Modernes ». Il faut lire ici le terme « Moderne » dans son sens progressiste et humaniste…
Fut donc créé le terme de « Rite Moderne ».
En 1785, sous l’impulsion d’Alexandre Louis Roëttiers de Montaleau, le Rituel est définitivement unifié et adopté…
C’est en 1801 que le Rite Moderne sera publié pour la première fois, sous le titre de « Régulateur du Maçon ». C’est sous cette forme qu’il fut adopté par le GODF à sa création en 1783…

Ce n’est que bien plus tard, lors du convent du GODF de 1877, que le Pasteur et député républicain Frédéric Desmons, présenta la discussion modifiant à une très large majorité, l’article Premier de la constitution du GODF, retirant le principe de « L’existence de Dieu et de l’immortalité de l’Âme » pour y substituer le principe de « Liberté absolue de conscience » et la devise « Liberté Egalité Fraternité ».

C’est à partir de 1887, que la révision du Rituel Aimable (nom du président de la commission, membre du conseil de l’ordre) que le Rite Français vit l’obligation de croyance en Dieu disparaitre de son Rituel, établissant définitivement sa forme adogmatique et positiviste que nous lui connaissons aujourd’hui …
Le Rite Français est aujourd’hui utilisé en Europe, en Amérique du Sud, et en Afrique…

Les fondamentaux du Rite « Moderne »

Les points fondamentaux de ce rituel sont les suivants : la forme de la loge, la place des surveillants, la disposition des chandeliers et leur signification, les colonnes et les mots, le tableau de loge…
Il est à noter aussi que le ternaire « Sagesse, Force, et Beauté » est attesté dans la tradition des Modernes, et donc dans la première tradition maçonnique française…

Le Rite Français se veut donc être un Ordre Initiatique, Humaniste et Fraternel, Libéral et Adogmatique, basé sur les origines même de la Franc Maçonnerie Spéculative.
Le Rite Français ouvre sa voie à toute personne Libre et de Bonne Mœurs, pour autant qu’il s’engage au serment Maçonnique et à s’acquitter du Secret Maçonnique qu’il contient…
Le Rite Français a pour devise : Liberté, Egalité, Fraternité…